DAKAR 2015 : FAÇON MARATHON

En Argentine, au Chili et en Bolivie, les pilotes et équipages du Dakar 2015 découvriront ou retrouveront la subtilité en même temps que la rudesse du rallye raid à l’état pur. Les autos et camions, qui n’avaient plus vécu d’étape marathon depuis 2005, y auront droit cette année. Et quelques innovations, comme la journée de repos alternée, modifieront le rythme global du rallye.

Marathon pour tout le monde

Depuis trois ans, le parcours du Dakar a proposé aux pilotes des catégories moto et quad des étapes marathon, correspondant aux principes fondateurs du rallye raid. Sur deux jours de course, les concurrents ne bénéficient pas de l’intervention de leurs équipes d’assistance. Isolés dans un bivouac où seuls les pilotes ont accès, ils effectuent eux-mêmes leur entretien et les réparations éventuellement nécessaires pour repartir le lendemain. La contrainte incite bien sûr à la gestion du matériel, et introduit des paramètres supplémentaires de stratégie.

En termes de convivialité, les étapes marathon représentent également un moment privilégié, qui reste ancré dans les mémoires des concurrents. Sur l’édition 2015, le principe de ces étapes marathon sera étendu à toutes les catégories. Les équipages auto auront ainsi un bivouac dédié, tout comme les camions.

Parcours dissociés… et même repos alterné !

Les parcours dessinés lors des dernières années ont permis de confirmer l’utilité de la dissociation des tracés entre les différentes catégories engagées. Lors de l’édition 2014, cinq étapes et près de 40 % de la distance parcourue étaient concernées, avec des bénéfices en termes de confort de pilotage, de sécurité, de variété des terrains et donc d’intérêt sportif.

C’est avec les mêmes intentions qu’a été abordée la conception du Dakar 2015, en poussant même l’idée jusqu’à l’organisation de journées de repos également distinctes selon les catégories. La ville d’Iquique, qui se trouve cette année à la pointe nord du parcours, accueillera ainsi pendant trois jours le bivouac du rallye, au pied de sa célèbre descente.

Trois Pays : Argentine, Chili, Bolivie

Carte Parcours 2015

Buenos Aires – Iquique – Buenos Aires : une boucle à l’ancienne

Buenos Aires

Près de 15 millions d’habitants vivent dans l’agglomération de Buenos Aires, qui s’est imposée comme un pôle majeur du continent sud-américain, à la fois sur les plans économique et culturel. La diversité saisissante de ses quartiers, du modernisme de Puerto Madero au charme désuet de Palermo, en passant par l’agitation de La Boca ou de San Telmo, comble le visiteur à l’œil exercé. Mais pour le Dakar, la capitale argentine représente bien plus qu’une destination de tourisme : c’est avant tout là que tout a (re)commencé ! À l’heure d’un rebond indispensable après l’annulation de l’édition 2008, les Porteños ont accueilli les pilotes venus d’Europe, d’Afrique et d’Asie avec le même enthousiasme que leurs compatriotes. Pour tous, le souvenir de la foule réunie sur l’avenue du 9 juillet, au pied de l’Obélisque, symbolise le commencement d’une nouvelle ère. Dès cette soirée, le Dakar s’est senti accueilli avec passion. Après ce coup de foudre de 2009, les démonstrations d’affection réciproques se sont poursuivies entre les pilotes du rallye et leurs hôtes de Buenos Aires, théâtre des départs et arrivées des trois premières éditions sud-américaines. Après 4 ans d’absence, les retrouvailles s’annoncent chaudes.

Iquique

On s’aventure généralement à Iquique pour ponctuer une visite du désert d’Atacama. L’animation de son front de mer, sa plage et son port d’envergure signalent alors le retour à un monde moins sauvage et silencieux. Mais c’est un tout autre sentiment que les concurrents du Dakar ressentent à l’évocation de ce nom, synonyme de grand frisson. Le rallye y a pris ses habitudes depuis 2010, installant son bivouac au pied d’une descente vertigineuse qui place le site parmi les hauts lieux du rallye raid. En plongeant dans ce grand toboggan de près de deux kilomètres (à une moyenne de plus de 30 % de dénivelé !), les pilotes basculent aussi entre angoisse et émerveillement, éblouis par le panorama sur l’Océan Pacifique. La particularité géographique et l’environnement visuel unique donnent aux arrivants une sensation de réconfort qui perdure. Le cadre idéal pour l’organisation des deux journées de repos qu’Iquique accueillera pour la première fois.

 

Source : www.dakar.com